CHAPITRE PREMIER

INTRODUCTION - JUSTINE LANCÉE


    Le chef-d'œuvre de la philosophie serait de développer les moyens dont la fortune se sert pour parvenir aux fins qu'elle se propose sur l'homme et de tracer d'après cela quelques plans de conduite qui puissent faire connaître à ce malheureux individu bipède la manière dont il faut qu'il marche dans la carrière épineuse de la vie, afin de prévenir les caprices bizarres de cette fortune qu'on a nommée tour à tour Destin, Dieu, Providence, Fatalité, Hasard, toutes dénominations aussi vicieuses, aussi dénuées de bon sens les unes que les autres, et qui n'apportent à l'esprit que des idées vagues et purement subjectives.
    Si, pleins d'un respect vain, ridicule et superstitieux pour nos absurdes conventions sociales, il arrive malgré cela que nous n'ayons rencontré que des ronces, où les méchants ne cueillaient que des roses, les gens naturellement vicieux par système, par goût, ou par tempérament, ne calculeront-ils pas, avec assez de vraisemblance, qu'il vaut mieux s'abandonner au vice que d'y résister ? Ne diront-ils pas, avec quelque apparence de raison, que la vertu, quelque belle qu'elle soit, devient pourtant le plus mauvais parti qu'on puisse prendre, quand elle se trouve trop faible pour lutter contre le vice, et que, dans un siècle absolument corrompu, comme celui dans lequel nous vivons, le plus sûr est de faire comme les autres ? Un peu plus philosophes, si l'on veut, ne diront-ils pas, avec l'ange Jesrad de Zadig, qu'il n'y a aucun mal dont il ne naisse un bien, et qu'ils peuvent, d'après cela, se livrer au mal tant qu'ils voudront, puisqu'il n'est, dans le fait, qu'une des façons de faire le bien ? N'ajouteront-ils pas, avec quelque certitude, qu'il est indifférent au plan général, que tel ou tel soit bon ou méchant de préférence ; que si le malheur persécute la vertu, et que la prospérité accompagne le crime, les choses étant égales aux intentions de la nature, il vaut infiniment mieux prendre parti parmi les méchants qui prospèrent, que parmi les vertueux qui échouent ?
    C'est, nous ne le déguisons plus, pour appuyer ces systèmes, que nous allons donner au public l'histoire de la vertueuse Justine. Il est essentiel que les sots cessent d'encenser cette ridicule idole de la vertu, qui ne les a jusqu'ici payés que d'ingratitude, et que les gens d'esprit, communément livrés par principe aux écarts délicieux du vice et de la débauche, se rassurent en voyant les exemples frappants de bonheur et de prospérité qui les accompagnent presque inévitablement dans la route débordée qu'ils choisissent. Il est affreux sans doute d'avoir à peindre, d'une part, les malheurs effrayants dont le ciel accable la femme douce et sensible qui respecte le mieux la vertu ; d'une autre, l'influence des prospérités sur ceux qui tourmentent ou qui mortifient cette même femme. Mais l'homme de lettres, assez philosophe pour dire le vrai, surmonte ces désagréments ; et, cruel par nécessité, il arrache impitoyablement d'une main les superstitieuses parures dont la sottise embellit la vertu, et montre effrontément de l'autre, à l'homme ignorant que l'on trompait, le vice au milieu des charmes et des jouissances qui l'entourent et le suivent sans cesse.
    Tels sont les sentiments qui vont diriger nos travaux ; et c'est en raison de ces motifs, qu'unissant le langage le plus cynique aux systèmes les plus forts et les plus hardis, aux idées les plus immorales et les plus impies, nous allons, avec une courageuse audace, peindre le crime comme il est, c'est-à-dire, toujours triomphant et sublime, toujours content et fortuné et la vertu comme on la voit également, toujours maussade et toujours triste, toujours pédante et toujours malheureuse.
    Juliette et Justine, toutes deux filles d'un très riche banquier de Paris, furent élevées jusqu'à l'âge de quatorze et quinze ans dans l'une des plus célèbres abbayes de Paris. Là, aucuns conseils, aucuns livres, aucuns maîtres ne leur avaient été refusés ; et la morale, la religion, les talents semblaient, à l'envie l'un de l'autre, avoir formé ces jeunes personnes.
    A cette époque fatale pour la vertu des deux jeunes filles, tout leur manqua dans un seul jour. Une banqueroute affreuse précipita leur père dans une situation si cruelle, qu'il en périt de chagrin ; sa femme le suivit un mois après. Deux parents froids et éloignés délibérèrent sur ce qu'ils feraient des jeunes orphelines. Leur part d'une succession absorbée par les créances se montait à cent écus pour chacune. Personne ne se souciant de s'en charger, on leur ouvrit la porte du couvent, et on leur remit leur dot, en les laissant libres de devenir ce qu'elles voudraient.
    Juliette, vive, étourdie, fort jolie, méchante, espiègle, et l'aînée des deux, ne parut touchée que du plaisir de ne plus végéter dans un cloître sans réfléchir au cruel revers qui brisait ses chaînes. Justine, plus naïve, plus intéressante, âgée, comme nous l'avons dit, de quatorze ans, ayant reçu de la nature un caractère sombre et romantique, sentit bien mieux toute l'horreur de sa destinée ; douée d'une tendresse, d'une sensibilité surprenante, au lieu de l'art et de la finesse de son aînée, elle n'avait qu'une ingénuité, une candeur qui devait la faire tomber dans bien des pièges.
    Cette jeune fille, à tant de qualités, joignait la beauté de ces belles vierges de Raphaël. De grands yeux bruns pleins d'âme et d'intérêt, une peau douce et éblouissante, une taille souple et flexible, des formes arrondies et dessinées par les mains de l'Amour même, un organe enchanteur, la bouche charmante, et les plus beaux cheveux du monde : voilà l'esquisse de cette cadette délicieuse, dont les grâces enchanteresses et les traits délicats sont au-dessus de nos pinceaux. Que nos lecteurs se représentent tout ce que l'imagination peut créer de plus séduisant, et ils seront au-dessous de la réalité.
    On leur avait donné vingt-quatre heures à l'une et à l'autre pour quitter l'abbaye. Juliette voulut essuyer les pleurs de Justine. Vouant qu'elle ne réussissait pas, elle se mit à la gronder au lieu de la consoler. Elle lui reprocha sa sensibilité ; elle lui dit, avec une philosophie très an-dessus de son âge, et qui prouvait en elle les plus singuliers efforts de la nature, qu'il ne fallait s'affliger de rien dans ce monde-ci, qu'il était possible de trouver en soi des sensations physiques d'une assez piquante volupté pour éteindre toutes les affections morales dont le choc pouvait être douloureux ; que ce procédé devenait d'autant plus essentiel à mettre en pratique, que la véritable sagesse consistait infiniment plus à doubler la somme de ses plaisirs qu'à multiplier celle de ses peines ; qu'il n'y avait rien qu'on ne dût faire, en un mot, pour étouffer dans soi cette perfide sensibilité, dont les autres seuls profitaient, tandis qu'elle ne nous apportait à nous que des chagrins.
    - Tiens, dit-elle, en se jetant sur un lit, aux yeux de sa sœur, et se troussant jusqu'au-dessus du nombril, voilà comme je fais, Justine, quand j'ai du chagrin. Je me branle... je décharge... et cela me console.
    La sage et vertueuse Justine eut horreur de cette action ; elle détourna les yeux ; et Juliette, tout en secouant sa jolie petite motte, lui dit :
    - Justine, tu es une bête ; tu es plus belle que moi, mais tu ne seras jamais si heureuse.
    Poursuivant ensuite son opération la putain soupira ; et son jeune foutre, éjaculé sous les yeux baissés de la vertu, tarit la source des larmes que, sans cette opération elle eût peut-être versées comme sa sœur.
    - Tu es folle de t'inquiéter, poursuivit cette voluptueuse fille, en venant se rasseoir près de Justine ; avec la figure et l'âge que nous avons toutes les deux, il est impossible que nous mourions de faim.
    Elle lui cita, à cette occasion, la fille d'une de leurs voisines, qui, s'étant échappée de la maison paternelle, était aujourd'hui richement entretenue, et bien plus heureuse, sans doute, que si elle fût restée dans le sein de sa famille.
    - Il faut bien se garder de croire, ajouta-t-elle, que ce soit le mariage qui rende une jeune fille heureuse. Captivée sous la loi de l'hymen, elle a, avec beaucoup d'humeur à souffrir, une très légère dose de plaisir à attendre ; au lieu que, livrée au libertinage, elle peut toujours se garantir des mauvais procédés de l'amant, ou s'en consoler par le nombre.
    Justine frémit de ces discours. Elle dit qu'elle préférerait la mort à l'ignominie ; et, quelques nouvelles instances que pût lui faire sa sœur, elle refusa constamment de loger avec elle, dès qu'elle la vit déterminée à une conduite qui lui faisait horreur.
    Les deux jeunes filles se séparèrent donc, sans aucune promesse de se revoir, dès que leurs intentions étaient si différentes. Juliette, qui allait devenir une grande dame, consentirait-elle à recevoir une petite fille dont les inclinations vertueuses mais basses, seraient capables de la déshonorer ? Et, de son côté, Justine voudrait-elle risquer ses mœurs dans la société d'une créature perverse, qui allait devenir victime de la crapule et de la débauche publique ?
    Nous allons, avec la permission du lecteur quitter quelque temps cette petite libertine, pour ne nous attacher maintenant qu'à transmettre au public les anecdotes de la vie de notre pudibonde héroïne.
    On a beau dire : il faut un peu de vertu dans le monde ; et il est bien plus doux pour un biographe1 de peindre, dans le héros dont il transmet l'histoire, des traits de candeur et de bienfaisance, que de tenir sans cesse l'esprit fixé sur des débauches et des atrocités, comme sera obligé de le faire, sans doute, celui qui nous donne par suite de cet ouvrage-ci la très scandaleuse et très libertine histoire de l'impudique Juliette.
    Justine, caressée dès son enfance par la couturière de sa mère, croit que cette femme sera sensible à son malheur ; elle va la trouver, elle lui fait part de ses infortunes, elle lui demande de l'ouvrage... A peine la reconnaît-on ; elle est renvoyée durement. Ô ciel ! dit cette pauvre créature, faut-il que les premiers pas que je fais dans le monde soient déjà marqués par des chagrins !... Cette femme m'aimait autrefois, pourquoi me rejette-t-elle aujourd'hui ? Hélas ! c'est que je suis orpheline et pauvre, c'est que je n'ai plus de ressources sur la terre, et que l'on n'estime les gens qu'en raison des secours et des agréments que l'on s'imagine en recevoir.
    Justine en larmes va trouver son curé ; elle lui peint son état avec l'énergie de son âge. Elle était en petit fourreau blanc ; ses beaux cheveux négligemment repliés sous un grand mouchoir de Madras ; sa gorge à peine indiquée ne se distinguait presque pas sous la double gaze qui la dérobait à l'œil libertin ; sa jolie mine un peu pâle à cause des chagrins qui la dévoraient ; quelques larmes roulaient dans ses yeux, et leur prêtaient encore plus d'expression... Il était impossible d'être plus belle.
    - Vous me voyez, monsieur, dit-elle au saint ecclésiastique... oui, vous me voyez dans une position bien affligeante pour une jeune fille. J'ai perdu mon père et ma mère ; le ciel me les enlève dans l'âge où j'ai le plus besoin de leurs secours. Ils sont morts ruinés, monsieur ; je n'ai plus rien ; voilà tout ce qu'ils m'ont laissé, continua-t-elle, en montrant les douze louis, et pas un coin pour reposer ma pauvre tête ; vous aurez pitié de moi, n'est-ce pas, monsieur ? Vous êtes le ministre de la religion, et la religion est le foyer de toutes les vertus. Au nom de Dieu qu'elle enseigne et que j'adore de toutes les forces de mon âme, au nom de l'Être suprême dont vous êtes l'organe, dites-moi, comme un second père, ce qu'il faut que je fasse, ce qu'il faut que je devienne ?
    Le charitable prêtre répondit en lorgnant Justine, que la paroisse était bien CHARGÉE, qu'il était difficile qu'elle pût EMBRASSER de nouvelles aumônes : mais que si Justine voulait le servir, que si elle voulait FAIRE LE GROS OUVRAGE, il y aurait toujours dans sa cuisine un morceau de pain pour elle. Et comme en disant cela LE FAISEUR DE DIEUX lui avait tant soit peu pressé le jupon sur les fesses, comme pour se donner une légère idée de leur coupe, Justine, qui devina l'intention, le repoussa, en lui disant :
    - Monsieur, je ne vous demande ni l'aumône, ni une place de servante. Il y a trop peu de temps que je quitte un état au-dessus de celui qui peut faire désirer ces deux grâces, pour être réduite à les implorer ; je sollicite les conseils dont ma jeunesse et mes malheurs ont besoin, et vous voulez me les faire acheter trop cher.
    LE SERVITEUR DE CHRIST, honteux d'être dévoilé, se lève en colère ; il appelle sa nièce et sa servante :
    - Chassez-moi cette petite coquine, leur crie-t-il ; vous n'imagineriez pas ce qu'elle vient de me proposer... Tant de vices à cet âge !... et à un homme comme moi !... Qu'elle sorte... qu'elle sorte, ou je la fais arrêter dans l'instant !...
    Et la malheureuse Justine, repoussée, calomniée, insultée dès le premier jour qu'elle est condamnée à l'isolisme, entre dans une maison où elle voit un écriteau, loue un petit cabinet garni au cinquième, le paye d'avance, et s'y livre à des larmes d'autant plus amères, qu'elle est naturellement très sensible, et que sa fierté vient d'être cruellement compromise.
    Justine n'était pas au bout de toutes les petites duretés que devaient lui faire sentir ses désastres. Il y a une infinité de scélérats dans le monde, qui, loin de s'attendrir sur les malheurs d'une fille sage, ne cherchent qu'à les redoubler pour la mieux contraindre à servir des passions où son indigence la condamne. Mais de tous les désagréments qu'elle eut à essuyer dans les commencements de sa malheureuse histoire, nous ne citerons que celui qu'elle éprouva chez Dubourg, un des plus durs, comme l'un des plus riches traitants de la capitale. La femme chez qui Justine logeait, l'avait adressée chez lui comme chez quelqu'un dont le crédit et les richesses pouvaient le plus sûrement adoucir la rigueur de son sort. Après avoir attendu très longtemps dans l'antichambre, on introduisit à la fin Justine. M. Dubourg, gros, court, et insolent comme tous les financiers, sortait de son lit, entortillé d'une robe de chambre flottante qui cachait à peine son désordre. On s'apprêtait à le coiffer. Il fit retirer son monde ; et, s'adressant à la jeune fille :
    - Que me voulez-vous, mon enfant ? lui dit-il.
    - Monsieur, lui répondit notre petite niaise, toute confuse, je suis une pauvre orpheline à peine âgée de quatorze ans, et qui connais déjà toutes les nuances de l'infortune ; j'implore votre commisération ; ayez pitié de moi, je vous conjure.
    Et Justine, les larmes aux yeux, détaille avec intérêt au vieux scélérat les maux qu'elle endure, les difficultés qu'elle a de trouver une place... jusqu'à la répugnance qu'elle éprouve même à en prendre une, n'étant pas née pour cet état. Elle peint, en redoublant ses pleurs, l'effroi qu'elle a de l'avenir ; termine, en balbutiant, par l'espoir où elle est, qu'un homme aussi riche et aussi estimable que M. Dubourg lui procurera sans doute les moyens d'exister ; et tout cela avec cette éloquence du malheur, toujours rapide dans une âme sensible, toujours à charge à l'opulence.
    Dubourg était à peindre pendant ce récit. Commençant à s'échauffer pour cette jeune personne, il se branlotait d'une main sous sa robe de chambre, braquant de l'autre une lorgnette sur les attraits offerts à ses regards. En l'observant avec attention, on distinguait les gradations de la lubricité contourner graduellement les muscles de sa vieille figure, en raison du plus ou du moins de pathétique que mettait Justine à se plaindre.
    Ce Dubourg était un libertin très endurci, grand amateur de petites filles, et soudoyant de tous côtés des femmes en état de lui procurer de semblable gibier. Peu en état d'en jouir, Dubourg s'en tenait ordinairement avec elles à une fantaisie aussi brutale que singulière. Son unique passion consistait à voir pleurer les enfants qu'on lui procurait ; et, pour les amener là, il faut en convenir, personne au monde n'avait un si rare talent. Ce malheureux coquin avait tant de méchanceté, tant de taquinerie dans l'esprit, qu'il était impossible qu'une fille tînt aux mauvais propos dont il l'accablait. Les larmes coulaient en abondance, et Dubourg, heureux, joignait promptement quelques petits supplices matériels à la douleur morale qu'il venait d'exciter ; les pleurs coulaient alors avec plus de violence, et le barbare aux nues déchargeait, en couvrant de baisers le visage que ses procédés venaient d'inonder.
    - Avez-vous toujours été sage, dit Dubourg à Justine, pour en venir cette fois à son but ?
    - Hélas ! monsieur, répondit celle-ci, je ne serais ni aussi pauvre, ni aussi embarrassée, si j'avais voulu cesser de l'être.
    - Mais à quel titre alors prétendez-vous donc que des gens riches vous soulagent, si vous ne les servez en rien ?
    - Oh ! monsieur, je ne demande pas mieux que de rendre tous les services que la décence et ma jeunesse me permettent de remplir.
    - Je ne parle pas de servir, moi : vous n'êtes ni d'âge ni de tournure à cela ; je vous parle d'être utile aux plaisirs des hommes. Cette vertu, dont vous faites un si grand étalage, ne sert à rien dans le monde ; vous aurez beau fléchir aux pieds de ses autels, son vain encens ne vous nourrira point : la chose qui flatte le moins les hommes, celle dont ils font le moins de cas, celle qu'ils méprisent le plus souverainement, c'est la sagesse de votre sexe. On n'estime aujourd'hui, mon enfant, que ce qui rapporte ou ce qui délecte ; et de quel profit ou de quelle jouissance peut nous être la vertu des femmes ? Ce sont leurs désordres qui nous plaisent et qui nous amusent ; mais leur chasteté nous ennuie. Quand des gens de notre sorte donnent, ce n'est jamais que pour recevoir. Or, comment une petite fille comme vous, assez laide, assez bête d'ailleurs, peut-elle reconnaître ce qu'on fait pour elle, si ce n'est par l'abandon de son corps ? Allons, troussez-vous, si vous voulez que je vous donne de l'argent.
    Et Dubourg allongeait son bras pour saisir Justine et la placer entre ses jambes. Mais l'intéressante créature se retirant :
    - Oh ! monsieur, s'écria-t-elle en larmes, il n'y a donc plus ni probité ni bienfaisance chez les hommes ?
    - Ma foi, très peu, répond Dubourg, dont les mouvements masturbatifs redoublaient en raison des pleurs que faisaient couler ses propos, fort peu en vérité. On est revenu de cette manie d'obliger gratuitement les autres ; on a reconnu que les plaisirs de la bienfaisance n'étaient que les voluptés de l'orgueil ; et comme rien n'est aussi fragile, l'on a voulu des sensations plus réelles. On a vu, qu'avec un enfant comme vous, par exemple, il valait infiniment mieux retirer pour fruit de ses avances tous les plaisirs que peut offrir la luxure, que ceux très froids de la reconnaissance. La réputation d'un homme libéral, aumônier, généreux, ne vaut pas, même à l'instant où l'on en jouit le mieux, le plus léger plaisir des sens.
    - Ah ! monsieur, avec de pareils principes, il faut donc que l'infortuné périsse !
    - Qu'importe ! Il y a plus d'individus qu'il ne faut dans le monde ; pourvu que la machine ait toujours la meure élasticité, que fait à l'État le plus ou le moins de bras qui la pressent ?
    - Mais croyez-vous que des enfants respectent leur père quand ils en sont maltraités ?
    - Que fait à un père l'amour des enfants qui le gênent !
    - Il vaudrait donc mieux qu'on nous eût étouffés dès le berceau ?
    - Assurément. C'est l'usage dans beaucoup de pays ; c'était la coutume des Grecs ; c'est celle des Chinois. Là, les enfants malheureux s'exposent ou se mettent à mort. A quoi bon laisser vivre des créatures comme vous, qui, ne pouvant plus compter sur les secours de leurs parents, ou parce qu'ils en sont privés ou parce qu'ils n'en sont pas reconnus, ne servent plus dès lors qu'à surcharger l'État d'une denrée dont il regorge ? Les bâtards, les orphelins, les enfants mal constitués, devraient être condamnés à la mort dès leur naissance. Les premiers et les seconds, parce que, n'ayant plus personne qui veuille ou qui puisse prendre soin d'eux, ils souillent la société d'une lie qui ne peut que lui devenir funeste un jour ; et les troisièmes, parce qu'ils ne peuvent lui être d'aucune utilité. L'une et l'autre de ces classes sont à la société comme ces excroissances de chair, qui, se nourrissent du suc des membres sains, les dégradent et les affaiblissent ; ou, si vous l'aimez mieux, comme ces végétaux parasites, qui, se liant aux bonnes plantes, les détériorent et les rongent en s'adaptant leur substance nourricière. Abus criants que ces aumônes destinées à alimenter une telle écume... que ces maisons richement dotées, qu'on a l'extravagance de leur bâtir, comme si l'espèce des hommes était tellement rare... tellement précieuse, qu'il en fallût conserver jusqu'à la plus vile portion ; comme s'il n'y avait pas plus d'hommes, en un mot, qu'il n'en faut sur le globe, et comme s'il n'était pas plus nécessaire à la politique et à la nature, de détruire que de conserver.
    Et ici Dubourg, écartant la robe qui couvrait ses mouvements, fit voir à Justine qu'il commençait à tirer un assez bon parti du petit engin sec et noir que sa main secouait depuis si longtemps.
    - Allons, dit-il brusquement alors, allons, finissons des discours où tu n'entends rien, et cesse de te plaindre de la fortune, quand il ne tient qu'à toi d'y remédier.
    - A quel prix, juste ciel !
    - Au plus médiocre, puisqu'il ne s'agit que de se trousser et de me faire voir à l'instant ce qui est sous tes jupes... Appas bien minces, sans doute, et que tu ne devrais pas autant faire valoir. Allons, foutre, décide-toi ; je bande ; je veux voir de la chair ; qu'on m'en montre à l'instant, ou je me fâche.
    - Mais, monsieur...
    - Absurde créature... imbécile putain, crois-tu que je te ferai plus de grâce qu'aux autres !
    Et, se levant avec fureur, il barricade sa porte, et saute sur Justine, dont les pleurs coulaient avec abondance. Le libertin les baise... il dévore ces larmes précieuses qui devaient lui donner l'idée de celles de la rosée sur la feuille du lis ou de la rose ; puis, retroussant lui-même les jupes d'une main, il les entortille et les contient autour des bras de Justine, tandis que l'autre va pour la première fois souiller ce que la nature avait depuis longtemps formé de plus parfait.
    - Homme odieux, s'écrie Justine, en faisant alors un mouvement terrible pour s'échapper ; homme féroce, poursuit-elle, en déverrouillant la porte et se sauvant, puisse le ciel te punir un jour, comme tu le mérites, de ton exécrable endurcissement ! Tu n'es digne ni de ces richesses dont tu fais un aussi vil usage, ni de l'air même que tu ne respires que pour le corrompre par tes brutalités et tes scélératesses. Elle sort.
    La malheureuse, rentrée chez elle, n'a rien de plus pressé que de se plaindre à son hôtesse de la réception qu'on lui a faite chez l'homme où celle-ci l'avait envoyée. Mais quelle fut sa surprise de voir cette misérable l'accabler de reproches, au lieu de partager sa douleur.
    - Pauvre sotte, lui dit-elle en colère, imagines-tu que les hommes soient assez dupes pour faire l'aumône à de petites gueuses comme toi, sans exiger l'intérêt de leur argent ? M. Dubourg est trop bon d'avoir agi comme il l'a fait ; je veux que le diable m'emporte si à sa place je t'avais laissée sortir de chez moi sans m'être contentée. Mais, puisque tu ne veux pas profiter des secours que ma bienfaisance t'offrait, arrange-toi comme il te plaira. Tu me dois ; de l'argent tout à l'heure, ou demain la prison.
    - Madame, ayez pitié.
    - Oui, oui, pitié ; on meurt de faim avec de la pitié. Il te convient bien de faire la difficile. Sur cinq cents petites filles comme toi que j'ai procurées à cet honnête homme, depuis que je le connais, tu es la première qui m'ait joué un pareil tour... Quel déshonneur pour moi ! Cet homme si honnête dira que je ne sais pas mon métier, et il aura raison... Allons, allons, mademoiselle, il faut retourner chez Dubourg ; il faut le satisfaire ; il faut me rapporter de l'argent... Je le verrai, je le préviendrai, je raccommoderai, si je puis, vos sottises ; je lui ferai vos excuses ; mais songez à vous mieux conduire.
    Justine, seule, se plongea dans les réflexions les plus tristes... Non, se disait-elle en pleurant, non, je ne retournerai certainement pas chez ce libertin. Je ne suis pas encore dénuée de ressources ; mon argent me reste presque entier, et il me suffit pour vivre encore longtemps ; je trouverai peut-être jusque-là des âmes moins dures, des cœurs plus compatissants. Et, en prononçant ces paroles, le premier mouvement de Justine fut de compter son petit trésor. Elle ouvre la commode... Oh ! ciel ! elle est volée... Il ne lui reste que ce qu'elle a dans sa poche, arrivant à peine à six livres. Je suis perdue ! s'écria-t-elle. Ah ! je vois trop d'où le coup part. Cette créature indigne veut, en me privant de toutes mes ressources, me contraindre à me jeter dans le sein du crime ; mais... que dis-je ? Hélas ! poursuivait-elle en larmes, n'est-il donc pas trop vrai qu'il ne me reste plus d'autre moyen de prolonger ma vie ! et, dans le cruel état où je suis, ce malheureux ou quelque autre peut-être plus méchant encore, ne deviennent-ils pas les seuls êtres dont je puisse attendre quelques secours ?
    Justine au désespoir descend chez son hôtesse.
    - Madame, lui dit-elle, je suis volée ; c'est chez vous que s'est fait le coup ; c'est dans un meuble à vous que l'argent a été pris. Hélas ! c'est tout ce que je possédais ; c'était le reste infortuné de la succession de mon père ; privée de cette faible ressource, il ne me reste plus que la mort. Oh ! madame, rendez-le moi, je vous conjure...
    - Petite insolente, répond brusquement Mme Desroches, avant que de me porter pareilles plaintes, vous devriez connaître ma maison. Apprenez qu'elle est assez bien famée à la police, pour que, d'après le seul soupçon que vous venez de me témoigner je puisse à l'instant vous faire punir, si je voulais.
    - Soupçon, madame, je n'en ai aucun ; ce ne sont point des soupçons que je vous témoigne, ce sont des plaintes que je vous porte ; elles sont permises à l'infortune. Oh ! madame, que faut-il que je devienne, après avoir perdu cette unique ressource ?
    - Ma foi, vous deviendrez ce que vous voudrez, cela ne me regarde pas ; il y aurait des moyens de réparer, mais vous ne voulez pas en profiter.
    Et ce peu de mots acheva de porter le dernier trait de lumière sur un esprit aussi pénétrant que l'était celui de Justine.
    - Mais, madame, je puis servir, répondit cette infortunée toute en pleurs ; il n'est pas dit qu'il ne doive plus rester à la misère d'autre ressource que celle du crime.
    - Ma foi, c'est la seule bonne aujourd'hui. Que gagnerez-vous en service ? Dix écus par an : vous entretiendrez-vous avec cela ? Eh ! croyez-moi, ma mie, celles qui servent sont elles-mêmes obligées d'avoir recours au libertinage pour se soutenir ; j'en fournis tous les jours de cette espèce. Telle que vous me voyez, je suis, j'ose le dire, une des meilleures maquerelles de Paris ; il n'y a pas de jour où il ne me passe vingt-cinq à trente filles par les mains. Aussi, cela me rapporte... Dieu sait ! Je suis sûre qu'il n'y a pas une femme de mon état en France qui fasse aussi joliment ses affaires que moi. Tenez, continua-t-elle, en étalant aux yeux de cette infortunée cinq ou six cents louis, pour presque autant de bijoux, et la plus belle armoire de linge et de robes, ce n'est pourtant qu'à ce libertinage qui vous effraie que je dois tout cela. Sacredieu, ma fille, il n'y a que ce métier-là aujourd'hui ; allez, croyez-moi, franchissez le pas... Et puis, c'est un brave homme que Dubourg ; il ne vous dépucellera pas, au moins : il ne bande plus, comment voudriez-vous qu'il foutît ! Quelques petites claques sur le cul, quelques légers soufflets sur les joues. Et, si vous vous comportez bien avec lui, en moins de deux ans, avec l'âge et la figure que vous avez, si vous joignez à cela de la complaisance, vous mettront en état de rouler carrosse à Paris.
    - Je n'ai pas de vues si élevées, madame, répondit Justine. Ce n'est point une fortune que je veux, surtout s'il me la faut payer au prix de mon honneur. Je ne demande que la vie ; et j'offre à celui qui me la donnera tous les services qui pourront dépendre de mon âge, à côté de la reconnaissance la plus vive. Hélas ! madame, puisque vous êtes si riche, daignez compatir à mon sort. Je n'implore pas le prêt d'une aussi forte somme que celle que j'ai perdue chez vous ; donnez-moi seulement un louis, en attendant que je trouve une place ; je vous le rendrai, soyez-en bien sûre, je vous le rendrai sur le premier argent que je gagnerai.
    - Je ne te donnerai seulement pas deux sous, dit Mme Desroches, trop aise de voir sa victime où sa scélératesse venait de la réduire, non, pas deux sous. Je t'offre les moyens d'en gagner, profites-en, ou à l'hôpital. Précisément, M. Dubourg est un des administrateurs de cette maison ; il lui sera facile de t'y faire mettre. Bonjour, ma mie, poursuivit la cruelle Desroches, à une grande et jolie fille qui venait sans doute chercher quelque pratique chez elle ; et pour toi, ma fille, bonsoir... De l'argent demain, ou la prison.
    - Eh bien, madame, dit Justine en larme, voyez M. Dubourg. Je retournerai chez lui, puisque vous me répondez qu'il me respectera. Oui, j'y retournerai ; mon malheur m'en impose la loi. Mais, en fléchissant sous le coup du destin, souvenez-vous, madame, qu'il me restera du moins le droit de vous mépriser à jamais.
    - Impertinente créature, dit la Desroches en lui fermant la porte sur le dos, tu mériterais que je ne me mêlasse plus de ce qui te regarde. Mais ce n'est pas pour toi que je le fais ; ainsi, tes sentiments me sont égaux. Adieu.
    Il est inutile de peindre la nuit désolante que passa Justine. Vivement attachée à des principes de religion, de pudeur et de vertu, qu'elle avait, pour ainsi dire, sucés avec le lait, elle n'entrevoyait pas l'instant d'y renoncer, sans la plus déchirante affliction. Occupée des plus tristes pensées, repassant mille fois sans succès dans sa tête tous les moyens de se tirer d'embarras sans crime, le dernier parti qu'elle allait prendre était de se sauver furtivement de chez Mme Desroches, lorsque celle-ci vint frapper à sa porte.
    - Descends, Justine, lui dit-elle brusquement ; viens déjeuner avec une de mes amies, et rends-moi grâces de mon ambassade. J'ai réussi ; M. Dubourg, sous la promesse que je lui ai faite de ta soumission, consent à te revoir.
    - Mais, madame...
    - Allons, ne fais pas l'enfant ; le chocolat est prêt ; suis-moi.
    Justine descend. L'imprudence est la compagne du malheur ; Justine n'écoute que sa misère. Une très jolie femme, d'environ vingt-huit ans, était le tiers avec qui la Desroches faisait déjeuner Justine. Cette femme, pleine d'esprit, et de mœurs très corrompues, aussi riche qu'aimable, aussi adroite que belle, allait bientôt, comme on va le voir, devenir celle que Dubourg emploierait avec le plus de fruit pour achever de déterminer notre aimable enfant. On déjeune.
    - Voilà une charmante fille, dit Mme Delmonse, en vérité, je félicite bien sincèrement celui qui sera assez heureux pour la posséder.
    - Vous êtes bien bonne, madame, reprit tristement Justine.
    - Allons donc, mon cœur, ne rougissez pas ainsi ; la pudeur est un enfantillage qu'il faut écarter soigneusement dès qu'on atteint l'âge de raison.
    - Oh ! je vous supplie, madame, dit la Desroches, de former un peu cette petite fille ; elle se croit perdue parce que je lui rends le service de la procurer à un homme.
    - Ah ! bon Dieu, quelle extravagance ! reprit Mme Delmonse, Justine vous devez, au contraire, une reconnaissance infinie à celle qui vous y invite. Quelle fausse idée, chère fille, avez-vous donc de la sagesse ; et comment pouvez-vous croire qu'une jeune personne y manque en se livrant à ceux qui veulent d'elle ? La continence dans une femme est une vertu impraticable, mon enfant ; ne vous flattez jamais de l'atteindre. Lorsque les passions s'allumeront dans votre âme, vous verrez que cette manière d'être nous est impossible. Toujours en butte à la séduction, comment veut-on qu'une femme puisse résister aux attraits du plaisir perpétuellement offerts à ses sens ? Et comment lui faire un crime de succomber, quand tout ce qui l'environne sème des fleurs sur l'abîme et l'invite à s'y précipiter ? Ne vous y trompez pas, Justine, ce n'est pas la vertu que l'on exige de nous, ce n'est que son masque ; et, pourvu que nous sachions feindre, on ne nous demande rien de plus. Celle d'entre nous qui serait sage, avec le renom d'une coquine, serait infiniment moins heureuse que celle qui se livrerait à tous les excès de la débauche, en conservant la réputation d'une honnête femme ; car, encore une fois, ce n'est pas le sacrifice qu'on fait de ses sens à la vertu qui rend heureux ; sans doute il ne peut y avoir de félicité dans une telle contrainte. Ce qui conduit au vrai bonheur n'est donc que l'apparence de cette vertu où les préjugés ridicules de l'homme ont condamné notre sexe. Je pourrais me donner comme exemple à toi, Justine. Il y a quatorze ans que je suis mariée ; jamais je n'ai perdu la confiance de mon époux ; il protesterait de ma sagesse et de ma vertu sur sa propre vie ; et, jetée dans le libertinage dès les premières années de mon hymen, il n'existe pas dans Paris une femme plus corrompue que moi ; il n'y a pas de jours que je ne me prostitue à sept ou huit hommes, et souvent à trois à la fois ; il n'est pas une maquerelle qui ne me serve, pas un joli homme qui ne m'ait foutue : et mon époux te jurera, quand tu voudras, que Vesta fut moins pure. La retenue la plus entière, l'hypocrisie la plus scrupuleuse, beaucoup d'art... de fausseté : voilà les moyens qui me déguisent, voilà les ligaments du masque que la prudence place sur mon front ; et j'en impose à tout le monde. Je suis putain comme Messaline : on me croit sage comme Lucrèce ; athée comme Vanimi : on me croit dévote comme sainte Thérèse ; fausse comme Tibère : on me croit franche comme Socrate ; sobre comme Diogène : Apicius fut moins intempérant que moi. J'idolâtre, en un mot, tous les vices ; je déteste toutes les vertus ; et si tu consultais mon époux, si tu interrogeais ma famille, on te dirait : Delmonse est un ange : tandis que le prince des ténèbres lui-même fut enclin à moins de désordres. C'est la prostitution qui t'effraie ! Eh, mon enfant, quelle extravagance ! Examinons-la dans tous ses rapports, et voyons sous lequel on pourrait la croire dangereuse.
    Est-ce à elle-même qu'une jeune fille peut faire tort, étant libertine ? Non, sans doute ; car elle ne fait que céder aux plus doux mouvements de la nature, qui, certes, ne les lui suggérerait pas, s'ils devaient lui nuire. N'a-t-elle pas mis dans elle le désir de se prostituer à tous les hommes au nombre des premières nécessités de la vie ? et y a-t-il une seule femme qui puisse dire qu'elle n'éprouve pas le besoin de foutre, aussi impérieusement que ceux de boire et de manger ? Or, je te demande, Justine, comment la nature pourrait faire un crime à une femme de céder à des désirs qui composent la plus sublime partie de son existence ? Considérons-nous le libertinage d'un être de notre espèce, relativement à la société ? Certes, je crois qu'il est rare de trouver une action plus agréable au sexe qui partage avec nous le monde, que celle de la prostitution d'une jolie femme. Et où en serait-il, ce sexe, si toutes, entichées de faux systèmes de vertu que des imbéciles nous prêchent, s'obstinaient à ne jamais offrir que des refus aux désirs effrénés des hommes ? Réduits à se branler ou à s'enculer entre eux, il faudrait donc qu'ils renonçassent totalement à notre commerce ? Car, tu m'avoueras que le mariage ne saurait fixer : il est tout aussi impossible à un homme de s'en tenir à une seule femme, qu'à celle-ci de se contenter d'un seul homme. La nature déteste, abjure, contrarie tous ces dogmes de votre absurde civilisation ; et le tort de votre logique imbécile ne devient pas celui de ses lois : n'écoutons qu'elle, et nous ne serons jamais trompés. En un mot, Justine, crois-en quelqu'un qui a de l'expérience, de l'érudition, des principes, et sois persuadée que ce qu'une jeune fille peut faire de mieux et de plus raisonnable dans le monde, c'est de se prostituer à tous ceux qui veulent d'elle, en conservant, comme je viens de le dire, des dehors qui puissent imposer. Tu as grondé hier cette brave et honnête Desroches de l'intérêt qu'elle prenait à toi. Eh ! ma pauvre Justine, que ferions-nous sans ces serviables créatures ? Que d'obligations ne leur avons-nous pas des soins qu'elles veulent bien prendre de nos plaisirs ou de nos intérêts ? Est-il un métier au monde plus estimable et plus nécessaire que celui d'une maquerelle ? Cette honnête fonction fut estimée de tous les peuples ; toutes les nations la vénèrent. Les Grecs et les Romains lui érigèrent des temples ; le sage Caton maquerella sa femme ; Néron et Héliogabale retiraient un tribut des bordels qu'ils avaient au sein de leurs palais. Les éléments sont maquereaux ; la nature elle-même l'est à tous les instants. Ce talent bien exercé est, en un mot, le plus précieux... le plus cher à la société ; et les charitables gens qui l'exercent avec honneur devraient être encouragés par des récompenses.
    - Vous êtes bien honnête, madame, dit Desroches, toute glorieuse de voir prendre ainsi son parti.
    - Eh non, je dis ce que je pense, reprit Delmonse ; c'est mon cœur qui se peint ici ; et, après avoir fait l'éloge du métier en général, je féliciterai Justine du bonheur particulier qu'elle a de vous avoir rencontrée pour la conduire dans la carrière voluptueuse des plaisirs de la vie. Qu'elle se livre aveuglément à vos conseils, madame ; qu'elle n'écoute que vous ; et je lui garantis bientôt, à côté de la fortune la plus agréable, les plus délicats plaisirs de la vie.
    Cette séduisante conversation n'était pas finie qu'on frappa à la porte.
    - Ah ! dit Mme Desroches, en ouvrant, c'est le jeune homme que tu m'as demandé, Delmonse.
    Et aussitôt un superbe cavalier de cinq pieds dix pouces, fait comme Hercule et beau comme l'Amour, se présente dans le salon.
    - Il est charmant, dit notre libertine, en le considérant ; il ne s'agit plus que de savoir s'il sera aussi vigoureux que sa figure le promet. C'est qu'il y a longtemps que je ne me suis sentie si bien en train de foutre : vois mes yeux, Desroches, vois les flammes ardentes qu'ils exhalent. Ah sacre-dieu ! poursuivit la garce, en baisant le jeune homme avec effronterie ; sacrefoutredieu, je n'en puis plus.
    - Il fallait donc me prévenir, dit Desroches, je t'en aurais donné trois ou quatre.
    - Allons, voyons toujours celui-là.
    Et l'impudente, passant un de ses bras autour de ce jeune homme qu'elle n'avait vu de ses jours, déboutonne de l'autre main sa culotte, sans le moindre respect pour l'innocence et pour la pudeur qu'un tel cynisme scandalisait aussi vivement.
    - Madame, dit Justine toute rouge, permettez que je me retire.
    - Non, non, pardieu, dit Delmonse, non, non. Desroches, oblige-la de rester ; je veux lui donner une leçon de pratique, après lui en avoir donné une de théorie ; je veux qu'elle soit témoin de mes plaisirs, c'est l'unique moyen de lui en inspirer promptement le goût. Pour toi, Desroches, tu es un témoin nécessaire à mes orgies ; désirant te voir exercer ton métier jusqu'au bout, tu sais, ma bonne, que l'introduction du membre viril ne m'est vraiment agréable que quand elle est dirigée par tes mains ; tu me branles d'ailleurs si bien quand je fous, tu as tant de soin de mes hanches, de mon clitoris, de mon cul ! Ah ! Desroches, tu es la cheville ouvrière de mes plaisirs. Allons, allons, mettons-nous en train. Justine, asseyez-vous là devant nous, et ne nous perdez pas un moment de vue.
    - Oh ! quel supplice, madame, s'écrie l'orpheline en pleurant ; laissez-moi me retirer, je vous en conjure, et croyez-moi que le spectacle des horreurs que vous allez commettre ne me causera jamais que des dégoûts.
    Mais la Delmonse, entière dans ses désordres, et trouvant, avec assez de raison, que ses plaisirs gagnaient infiniment à scandaliser ainsi la vertu, s'oppose fortement à ce que Justine se retire, et la scène s'ouvre.
    Tous les détails de la plus piquante luxure sont offerts aux yeux de notre pudique enfant. A la place de Desroches elle est contrainte à saisir le vit monstrueux du jeune homme, qu'à peine ses deux petites mains peuvent empoigner, et à le présenter au con de la Delmonse, à l'y introduire, à se prêter, malgré ses répugnances, aux caresses de cette femme impure, qui, raffinant tous ses plaisirs, trouve un accroissement indicible à leur volupté, dans les baisers luxurieux qu'elle applique sur la bouche innocente de cette enfant, pendant que le vigoureux athlète la fait pâmer cinq fois de suite sous les prodigieux efforts de son vit.
    - Bougre-de-Dieu, dit la Messaline en se relevant de là comme une bacchante ; oh foutre-dieu, que j'ai eu de plaisir ! Sais-tu, Desroches, quelle serait maintenant mon envie ? Je veux faire dépuceler cette petite mijaurée par le monstrueux vit qui vient de me foutre. Que dis-tu du projet ?
    - Non, non, répondit celle-ci ; nous la tuerions ; et je n'y gagnerais pas.
    Cependant nos deux combattants reprennent leurs forces ; d'amples libations de vin de Champagne, quelques pâtisseries et des truffes les leur rendent bientôt. Delmonse se replace et défie son vainqueur. Justine, condamnée aux mêmes soins, est obligée de rengainer une seconde fois l'instrument. Il faut voir avec quelle peine... avec quelle répugnance elle exécute ce dont on la charge. La putain veut cette fois-ci qu'elle lui branle le clitoris. Desroches lui guide la main ; mais la gaucherie de l'écolière dégoûte bientôt la fougueuse Delmonse.
    - Secoue-moi, secoue-moi, Desroches, s'écrie-t-elle ; je m'aperçois que si la corruption de l'innocence flatte le moral, la débilité de ses moyens ne vaut rien au physique, surtout avec une libertine comme moi, qui fatiguerait dans ses transports dix mains comme celle de Sapho, et dix vits comme celui d'Hercule.
    Cette seconde séance terminée comme la première par d'amples sacrifices à Vénus, Delmonse se rajuste ; son fouteur sort ; et la Desroches, se hâtant de prendre un mantelet, fait des excuses à son amie sur ce que le rendez-vous qu'elle a pris avec Dubourg, l'empêche de lui tenir plus longtemps compagnie.
    - Desroches, dit ici Mme Delmonse, au bout de quelques minutes de réflexion, plus je suis foutue, plus je deviens libertine ; une action chez moi détermine une idée, et cette nouvelle idée une action différente. Laisse-moi t'accompagner chez Dubourg ; j'ai la plus extrême envie de voir tout ce que ce vieux coquin inventera pour se ranimer avec cette petite fille ; si mes soins lui sont nécessaires, je les lui donnerai ; tu sais que ce n'est pas la première fois que tu me procures de telles pratiques, et que sans vanité je les conduis au but tout aussi sûrement qu'une Agnès. Souvent ces vieux scélérats me préfèrent, tu le sais bien encore ; et l'art chez moi suppléant à la jeunesse, je les fais souvent décharger bien plus vite que ne le ferait Hébé même.
    - Ce que tu me demandes est possible, dit Desroches ; je connais assez mon Dubourg pour être bien sûre que je ne lui déplairai point en lui amenant une jolie femme de plus ; allons.
    Un fiacre arrive ; la modeste Justine, toujours effrayée, y monte la première, et l'on part.
    Dubourg était seul. Il attendait ces dames dans un état encore bien plus indécent que la veille : la brutalité, le libertinage, tous les caractères de la luxure la plus effrénée éclataient dans ses regards sournois.
    - Vous ne comptiez que sur une femme aujourd'hui, monsieur, lui dit la Desroches en entrant, eh bien, j'ai cru ne pas vous déplaire en vous en amenant deux ; l'une d'ailleurs ne se prêtant qu'avec beaucoup de peine à vos plaisirs, j'ai imaginé qu'il n'y aurait nul inconvénient de vous en conduire une seconde, pour encourager et contenir la première.
    - Et quelle est cette fille ? dit Dubourg sans se déranger, en jetant sur la Delmonse un coup d'œil mêlé de cynisme et d'indifférence.
    - Une jolie femme de mes amies, répondit la Desroches, dont l'excessive complaisance égale les charmes, et qui va nous devenir peut-être aussi utile dans les plaisirs que vous vous promettez pour le moment, que dans ceux que vous projetez pour la suite avec la belle et l'intéressante Justine.
    - Comment, dit Dubourg, tu crois qu'une séance ne terminera pas tout ceci ?
    - Il serait possible, reprit Desroches ; et c'est dans cette appréhension que j'ai cru que l'intervention de mon amie pourrait toujours devenir nécessaire.
    - Allons, nous verrons, dit Dubourg. Sortez, Desroches, sortez ; vous mettrez tout cela sur le mémoire. Comment sommes-nous ensemble ?
    - Mais, monsieur, dit Desroches, depuis trois mois que vous n'avez compté, il y a bien près de cent mille francs.
    - Cent mille francs ! juste ciel !
    - Mais monsieur songe-t-il que je lui ai fourni plus de huit cents filles depuis cette époque ; elles sont toutes écrites... monsieur sait bien comme je pense, il sait bien que je serais fâchée de le tromper d'un sou.
    - Allons, allons, nous verrons tout cela ; sors, Desroches ; je sens que la nature me presse, l'ai besoin d'être seul avec ces deux femmes. Et vous, Justine, avant que votre protectrice ne s'en aille, remerciez-la de ce que je veux bien en sa faveur vous rendre un instant mes bontés. Vous devez sentir, petite fille, à quel point vous en êtes indigne d'après votre conduite d'hier ; et si vous opposez encore la plus légère résistance à mes désirs, deux hommes vous attendent dans mon antichambre, pour vous conduire en un lieu dont vous ne sortirez de vos jours.
    Ici Desroches sortit.
    - Ô monsieur ! dit Justine en pleurant, en se précipitant aux pieds de cet homme barbare, laissez-vous fléchir, je vous en conjure ; soyez assez généreux pour me secourir sans exiger de moi ce qui me coûte assez cher pour vous offrir plutôt ma vie que de m'y soumettre. Oui, reprit-elle avec l'élan de la plus profonde sensibilité, oui, j'aime mieux mourir mille fois que d'enfreindre les principes de morale et de vertu dont on a nourri mon enfance ; monsieur, monsieur, ne me contraignez pas, je vous en supplie. Pouvez-vous concevoir le bonheur au sein des dégoûts et des larmes ? Osez-vous soupçonner le plaisir où vous ne verrez que des répugnances ? Vous n'aurez pas plutôt consommé votre crime, que le spectacle de mon désespoir vous accablera de remords.
    Mais ce qui se passait empêcha la malheureuse de poursuivre. La Delmonse, en femme adroite, devinant sur le front de Dubourg les mouvements de son âme de fer, s'était agenouillée près de son fauteuil, et le branlait voluptueusement d'une main en le socratisant de l'autre2, afin de le rendre insensible à la jérémiade.
    - Sacredieu, dit Dubourg, vigoureusement échauffé de l'épisode, et fourrageant déjà la complaisante Delmonse, oh foutredieu ! moi te faire grâce ! j'aimerais mieux t'étrangler, garce.
    Il se lève à ces mots comme un furieux ; et, faisant voir un petit vit sec et noir, il saisit sa proie avec brutalité, enlève impunément les voiles qui dérobent encore à ses yeux libertins ce dont il brûle de jouir. Tour à tour, il injurie, il flatte, il maltraite, il caresse. Ah ! quel tableau, grand Dieu ! Il semblait que la nature voulût, dans cette première circonstance de la vie de Justine, imprimer à jamais dans elle, par ce spectacle, toute l'horreur qu'elle devait avoir pour un genre de crime d'où devait naître l'affluence des maux dont elle était menacée. Justine nue fut jetée sur un lit ; et, pendant que la Delmonse l'y contient, le libertin Dubourg inventorie les appas de celle qui, dans ce moment critique, veut bien lui servir de maquerelle.
    - Attendez, dit la coquine ; je sens que mes jupes vous gênent ; je vais promptement vous livrer à nu l'objet qui, ce me semble, attire ici tous vos hommages ; c'est mon cul que vous voulez voir ; je connais... je respecte ce goût-là dans les gens de votre âge3. Tenez, mon ami, le voilà ; il est un peu plus rempli que celui de cette enfant ; mais ce contraste vous amusera ; voulez-vous les voir tous deux l'un près de l'autre ?
    - Oui, sacredieu, dit Dubourg ; montez sur ses épaules pour la contenir, j'essayerai de l'enculer en vous baisant les fesses.
    - Ah ! je vois ce qu'il vous faut, libertin, dit Delmonse, en se huchant à cheval sur les reins de Justine, qu'elle fixe par ce moyen perfide aux luxures brutales de Dubourg.
    - Vraiment oui, c'est cela, répond le libertin en faisant précéder quelques claques assez bien appliquées et sur l'un et sur l'autre cul qu'on offre à ses passions ; oui, c'est cela ; voyons si je pourrai essayer du sodome.
    Le bougre tente ; mais ses feux trop ardents s'éteignent dans l'effervescence de l'entreprise. Le ciel venge Justine des outrages où le monstre veut la livrer ; et la perte des forces de ce libertin, avant le sacrifice, préserve cette malheureuse enfant d'en devenir la triste victime.
    Dubourg n'en devient que plus insolent. Il accuse Justine des torts de sa faiblesse ; il veut les réparer par de nouvelles injures et par des invectives encore plus mortifiantes ; il n'est rien qu'il ne dise, rien qu'il ne tente, rien que sa perfide imagination, la dureté de son caractère, la dépravation de ses mœurs ne lui fasse entreprendre. La maladresse de Justine l'impatiente ; elle est loin de vouloir agir, c'est beaucoup pour elle que de se prêter. Cependant rien ne réussit. La Delmonse elle-même, avec tout son art, ne parvient pas à rendre à la vie cet engin énervé par une abondante décharge ; elle a beau presser, secouer, sucer cet instrument mollet, rien ne lève. Dubourg lui-même a beau passer avec ces deux femmes de la tendresse à la rigueur, de l'esclavage à la tyrannie, de l'air de la décence aux excès les plus crapuleux ; tous les trois excédés ne réussissent pas même à faire retrouver à ce malheureux engin l'air majestueux qu'il faudrait pour entreprendre de nouvelles attaques. Dubourg y renonce ; il fait promettre à Justine de revenir le lendemain ; et, pour l'y mieux déterminer, il ne veut pas absolument lui donner un sou. On la remet entre les mains de la Desroches ; et la Delmonse reste chez Dubourg, qui, restauré par un excellent repas, se vengea bientôt sur cette jolie femme de l'impossibilité où la nature l'avait mis de consommer son crime avec la petite fille. Il en coûta quelques vexations mutuelles, beaucoup d'efforts d'un côté, de complaisance de l'autre ; mais le sacrifice se consomma, et le superbe cul de la Delmonse reçut l'offrande infructueusement destinée à celui bien plus frais de Justine. Celle-ci, de retour à la maison, certifia à son hôtesse que, dut-elle expirer de besoin, elle ne s'exposerait plus à pareille scène ; elle accabla de nouveaux reproches le scélérat capable d'abuser aussi cruellement de sa misère. Mais le crime heureux et triomphant se rit des imprécations de l'infortune ; ses succès l'enhardissent, et sa marche rapide s'accélère en raison des malédictions qu'il reçoit. Voilà les perfides exemples qui laissent l'homme en suspens entre le vice et la vertu, et qui le plus souvent ne le déterminent qu'au vice, parce qu'à ses yeux l'expérience y présente toujours le bonheur.


1 On nomme ainsi l'homme de lettres qui consacre sa plume à écrire la vie des personnes illustres.
2 Tous les libertins savent qu'on appelle ainsi l'action de mettre un ou plusieurs doigts dans le trou du cul du patient. Cet épisode, l'un des plus essentiels en lubricité, convient surtout aux vieillards ou aux gens usés ; il détermine promptement l'érection, et devient d'une volupté incroyable à instant de l'éjaculation ; ceux qui pourtant pourront le suppléer par un vit, y trouveront sans doute des plaisirs infiniment plus vifs et la différence excessive de l'illusion à la réalité. Il est de fait qu'il n'est point de lubricité plus vive dans le monde que celle de se faire foutre en foutant.
3 Il n'est aucun âge pour ce goût délicieux. Le jeune Alcibiade l'aima comme le vieux Socrate ; des peuples entiers ont préféré cette délicieuse partie à toutes les autres beautés du corps d'une femme ; et, dans le fait, il n'en est aucune qui, par sa blancheur, sa rondeur, sa conformation, sa forme enchanteresse, et les délicats plaisirs qu'elle promet puisse mériter plus que celle-là les voluptueux hommages d'un véritable libertin. Malheur à qui n'a pas foutu un garçon, ou qui n'a pas fait un garçon de sa maîtresse ! il est encore bien neuf en volupté, celui qui n'a pas osé l'un ou l'autre.


Marquis de Sade La nouvelle Justine

©2007 Sade-ecrivain.com - Contact - Forum -